Les entreprises françaises à la traine dans la course à la robotisation

robotbuzz-KUKA_robot_for_flat_glas_handling

Une étude du Syndicat des entreprises de technologies de production, réalisée en collaboration avec le ministère de l’Industrie, sur la robotisation de PMI françaises dévoile que l’industrie française reste largement sous-équipée en robotique, 33000 en France contre 65000 en Italie et 145000 en Allemagne…(source IFR).

Le constat alarmant de ce rapport a conduit le Symop (Syndicat des entreprises de technologies de production) à confier une étude à Nodal Consultants associé à Deloitte sur le taux d’équipements en robots des PMI en France. Vincent Schramm, responsable du Symop, nous informe que « cette étude fera un état de lieux et recensera les bonnes approches ». Cette étude permettra fin 2009 à un plan d’action de voir le jour pour remettre les PMI françaises dans la course. Pourtant nos voisins européens ont su, eux, gérer cette problématique avec plus de succès.

Les robots permettent d’améliorer et d’assouplir les cadences de production, d’assurer les opérations pénibles et de maintenir la qualité au niveau des exigences de l’entreprise. Quand on sait le gain de productivité qu’on obtient généralement avec l’emploi de robots, comment expliquer que les entreprises françaises les boudent ?

robotbuzz-kuka robotEst-ce que ce retard pourrait être dû à leur fiabilité ? Non, de nos jours les robots sont très fiables. Jean-François Germain, directeur commercial de Kuka nous confirme qu’ «en vingt ans leur fiabilité a été multipliée par trois, le MTBF (Mean Time Between Failures ou temps moyen entre deux pannes) d’un robot est aujourd’hui de 70000 heures ». (à raison de 24h par jour et 365 jours par an, ça fait quand même pas loin de 8 années sans pannes !)

Où est-ce que c’est leur prix qui explique cette frilosité ? Peut-être… Malgré tout le prix d’un robot est désormais raisonnable si on le compare au regain de productivité qu’il fait gagner à l’entreprise. «50 000 euros [sont] nécessaires aujourd’hui pour acheter le plus petit robot de la gamme Kuka qui manipule 170 kg. » nous informe Jean-François Germain.

En fait, il semblerait que le retard soit du notamment au sous-investissement de l’industrie française dans un contexte socio-économique où les robots sont considérés comme des monstres qui envoient d’honnêtes travailleurs au chômage… «Un raisonnement à court terme », selon le responsable du Symop. Un constat partagé par Jean-François Germain pour qui « les patrons français sont trop conservateurs et ce handicap est récurrent. Pourtant, l’Italie a su préserver son industrie manufacturière et l’Espagne avait rattrapé (avant la crise) la France en ce qui concerne le nombre de robots installés par an. » La faute à la taille des entreprises, trop petites pour pouvoir investir, mais aussi « aux charges sociales qui sont trop importantes, ce qui étouffe toute initiative. » selon lui.

Chez RobotBuzz nous avons créé la CFDTR – Confédération Française Démocratique du Travail des Robots – pour soutenir la cause de nos amis les robots dans leur lutte pour l’emploi et contre le chômage. Pour adhérer, merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous et voter pour cet article. Si vous voulez procéder à une donation :mrgreen: , n’hésitez pas à nous contacter. 😉

[usine nouvelle]


Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au flux RSS et/ou venez discuter sur les forums...

Le 17 septembre 2009 | Classé dans Inclassable.
Tags: , , ,

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes)
Loading...

Partager cet article via mail Partager cet article via mail | Imprimer cet article Imprimer cet article






Un commentaire »

  • Comment by Jess — 18 septembre 2009 @ 9:58

    CFDTR – Confédération Française Démocratique du Travail des Robots

    C’est vrai que les travailleurs humains ont bien la CFDT pour protéger leurs travailleurs :p


RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment