La nouvelle Chaire de recherche canadienne vise la perfection

arton21846-robotbuzzIlian Bonev, professeur à l’ÉTS en génie de la production automatisée, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la robotique de précision. Il a obtenu un financement de 500 000 $ pour ses travaux. Son objectif principal est de repousser les limites des robots industriels quant à leur diversité, leur vitesse et leur précision.

Aujourd’hui, pour les tâches parfaitement répétitives, les robots industriels sont capables de les exécuter avec une marge d’erreur de quelques microns, ce qui est satisfaisant, on nomme cette erreur la « répétabilité ».

Mais ce n’est pas du tout le cas pour les tâches ponctuelles qu’ils sont amené à faire. Ce manque de « précision absolue » du robot provient notamment de la différence entre les dimensions réelles de ses pièces et les dimensions théorique dont tient compte l’unité de commande (son cerveau) pour exécuter sa tâche. En remédiant à ce problème, les robots pourraient exécuter des milliers de positions calculées et non enseignées pour des usages de haute précision.

Le professeur Bonev et son équipe développeront donc de nouvelles procédures de mesure qui faciliteront l’étalonnage de robots et amélioreront cette erreur. Et pour compléter ces procédures, l’équipe enquêtera également sur de nouvelles méthodes de conception d‘architectures qui favoriseront l’atteinte de la précision absolue dans la phase d’avant-projet de la conception des robots (avant l’assemblage du robot et même avant la fabrication des pièces).

Cependant pour vérifier leur résultat, il leur faut des outils de mesures très précis. C’est pourquoi une subvention de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) de 290 000 $ lui procurera des instruments de mesure en trois dimensions, dont un laser tracker et un bras de mesure, lesquels lui permettront d’analyser la performance de robots relative à leur précision.

Ces travaux de la Chaire de recherche du Canada en robotique de précision répondent aux besoins de l’industrie aérospatiale et du secteur médical. Des robots dotés d’une plus grande précision sont en effet d’une importance capitale pour l’industrie canadienne, et montréalaise en particulier (Bombardier, L3 Communications, etc.). C’est d’ailleurs en collaboration avec des partenaires industriels, hospitaliers, et universitaires que le titulaire de la Chaire compte bien atteindre ses objectifs.

L’ETS abrite six robots industriels ABB (voir photos ci-dessus), en plus de ceux construits par le professeur Bonev. Elle est la seule école d’ingénierie au Canada à disposer d’un laboratoire d’enseignement équipé d’appareils de cette catégorie.

[ lien multimedia ]


Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au flux RSS et/ou venez discuter sur les forums...

Le 10 octobre 2009 | Classé dans Recherches.
Tags: , , ,

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes)
Loading...

Partager cet article via mail Partager cet article via mail | Imprimer cet article Imprimer cet article






Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment