RAAMO, le robot-anguille qui va vous électriser !

robotbuzz_fr-robot-anguille-header-small

Dans la famille des « robots-animaux », je demande l’anguille ! Et bien voilà, c’est chose faite, il y a maintenant RAAMO, le petit « Robot-Anguille » capable de se déplacer dans l’eau dans les trois dimensions. Son nom signifie « Robot Anguille Autonome en Milieu Opaque » (mais bon il marche aussi en milieu transparent 😉  ).

robotbuzz_fr-robot-anguilleLong de deux mètres, large de 15 cm de diamètre et avec pas moins de 123 « vertèbres », ce robot est capable de se contorsionner dans tous les sens à sa guise. De plus, il peut modéliser son environnement grâce à l’électrolocation, une forme de « vision électrique » : à défaut de voir avec ses yeux, le robot voit à travers les modifications d’un champ électrique l’entourant.

Le principe d’électrolocation permettra à RAAMO de nager dans les eaux troubles des forêts équatoriales ou de vos canalisations. Le principe :  émettre un champ électrique par polarisation du « corps » par rapport à un organe émetteur électrique ainsi, grâce à sa forte conductivité par rapport au milieu où il évolue, le poisson focalise les lignes de champ à travers sa peau électrosensible et « visualise » une image en trois dimensions en fonction des variations de courant liées aux obstacles.

robotbuzz_fr-ramo

Aujourd’hui en phase finale de réalisation, l’objectif est :

  • de recouvrir le prototype d’une peau artificielle performante,
  • de le doter d’une autonomie sensorielle adaptée à son mode de locomotion bio-mimétique (ça va être électrique !).

Et ce ne sont pas moins 6 partenaires qui travaillent sur ce projet, chacun dans son domaine d’expertise :

  • l’UNIC du CNRS pour ressembler au modèle vivant (étude neuro-biologique du modèle naturel)
  • SUBATECH pour développer le « sens électrique » de l’anguille (qui remplace le « sens de la vue » vue pour ce poisson) grâce à un électro-récepteur et la modélisation du système
  • l’Institut de Recherche en Communications et Cybernétique de Nantes et le GIPSA-LAB pour l’intégration robotique, informatique et la commande
  • et enfin LMF et 3S pour concevoir la peau artificielle.

Les applications pour ce type de robot sont nombreuses étant donné sa capacité à se déplacer aisément dans un environnement opaque et peu praticable. Les sonars fournissaient déjà une solution à ce problème mais ils sont sujets à beaucoup d’interférences dans ces milieux difficiles, ce qui rend le système peu utilisable. On peut également envisager des applications médicales pour cette technologie, comme faire glisser un capteur le long du corps pour sentir la présence de tumeurs.

Quelques vidéos du robot en action :

[Projet RAAMO]


Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au flux RSS et/ou venez discuter sur les forums...

Le 10 septembre 2009 | Classé dans Recherches, Robots Animaux.
Tags: , , , , , , ,

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes)
Loading...

Partager cet article via mail Partager cet article via mail | Imprimer cet article Imprimer cet article






Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire